Il était une fois une équipe qui découvrit une planète de héros de fiction. Sur Storyearth, ils virent des choses aussi drôles que Voldemort et Crochet voulant envahir un satellite de Jedis. Et qui est cette ombre qui plonge Storyearth dans la terreur ?
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fuir! là-bas fuir! (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ofelia Verdi
Charmed
Charmed
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 02/01/2015

MessageSujet: Fuir! là-bas fuir! (libre)   Ven 2 Jan - 21:14

Après s’être éclipsée du village Mim, Ofelia avait donc fait sa réapparition dans la forêt des Absynthes. Si elle était désormais incapable de s’orienter, elle avait cependant couru, couru, couru et couru dans l’espoir de s’éloigner du village, sans penser à grand-chose d’autre. Elle se prenait dans les branches, tombait de temps en temps avant de se relever. Au passage, elle s’était égratignée, mais n’y prêtait pas attention. La petite fille n’aurait su dire si elle était restée aux alentours du village, si elle s’était enfoncée en plein cœur de la forêt ou si elle avait réussi à prendre la direction de la forêt des Carnutes. Elle se sentait d’ailleurs complètement déboussolée. En réalité, elle avait réussi à s’éloigner du village, comme elle le souhaitait, comme si son intuition l’avait guidée. Mais, elle ne s’en apercevait pas. L’enfant arriva à la lisière séparant les deux forêts et pénétra dans celle des Carnutes, n’ayant pas rencontré plus d’obstacles sur son chemin que le fait de s’évader, sa cécité et les branches des plantes, ronces, et autres. C’était déjà bien suffisant à son goût. Sa robe noire s’était d’ailleurs en de nombreux endroits déchirée. Si à force de tomber, de se prendre dans des ronces et de tirer pour se dégager, elle aurait pu se douter de cet état de faits, ce n’était pourtant pas le cas.  
Ayant atteint le stade de l’épuisement, à force d’avoir couru, la petite fille s’effondra au pied d’un arbre. Elle aurait bien continué sa route, mais ses jambes tremblaient, refusant de la porter plus avant. Elle n’avait donc d’autre choix que de faire une halte, là, sans savoir ce que lui réservait l’avenir proche ni son avenir tout court. Seraient-ils meilleurs que ces derniers temps ? L’enfant se sentait d’autant moins en sécurité qu’elle savait que des créatures rôdaient, mais ne pourrait en voir aucune venir.  Etat de fait qui la perturbait et dont elle souffrait indéniablement. Elle avait néanmoins dans l’intention de tendre l’oreille, au cas où.
Comme elle prenait enfin le temps de se poser, véritablement, - ce qu’elle ne faisait pas depuis longtemps - ses pensées prirent également le temps de se disperser. Des images des deux dernières années défilaient lentement dans son esprit, de la mort de ses parents à l’instant où elle s’était éclipsée du village Mim. L’enfant replia ses jambes contre elle et les entoura de ses bras. Elle resta un long moment dans cette position, oubliant de prêter la moindre attention au monde qui l’entourait, trop perdue dans ses tristes et douloureux souvenirs pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiron
Harry Potter
Harry Potter
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 15/02/2014

MessageSujet: Re: Fuir! là-bas fuir! (libre)   Mar 6 Jan - 21:12

Chiron, centaure extraordinaire en ceci qu'il n'avait aucune aversion pour les humains, et de grands pouvoirs magiques étant l'héritier spirituel du célèbre Χιρου le père de la race des centaures, Chiron disais-je se promenait dans la Forêt des Carnutes à la recherches de plantes médicinales fraîches pour renouveler son stock de remèdes en tous genres. A cette époque de l'année, la plupart des plantes s'épanouissaient et la récolte était plus que bonne. Chiron pensait même pouvoir revendre une partie de sa récolte à un apothicaire. Alors que le Centaure longeait la frontière entre la Forêt des Carnutes et le Forêt des Absynthes cueillant certaines plantes qui ne poussaient qu'en cet endroit précis, il remarqua des lambeaux de tissu noir pendant d'une ronce. Intrigué, Chiron s'approcha et observa attentivement la scène. Une personne s'était visiblement frayé un chemin dans les buissons et les ronces de la Forêt des Absynthes, en courant si l'on en croyait les branches cassées et le tissu arraché. Au sol le centaure décela des empreintes de pas qui ne pouvaient appartenir qu'à un enfant. Un enfant relativement jeune. D'après son expérience avec Sullivan, Chiron ne donnait pas à l'enfant qui était passé par là plus de dix printemps. Les seules empreintes présente étaient celles de l'enfant, signe qu'il n'était pas poursuivi par l'une des créatures de la forêt. Cependant, vu comme les ronces prises de tissu avaient été malmenées, l'enfant devait être paniquée. Chiron ne pouvant pas laisser un enfant paniqué et potentiellement blessé errer dans la forêt, il se mit à suivre au petit trot les traces laissée par le passage de ce dernier.

Après quelques minutes de trot le Centaure arriva en vue de l'enfant, une petite fille, adossée à un arbre, recroquevillée en position fœtale comme pour se protéger du monde extérieure. Sentant la frayeur de la petite, Chiron approcha doucement et s'agenouilla tranquillement, essayant d'apparaître le moins menaçant, attendant que la petite le remarque. Il en profita pour l'observer attentivement afin de déterminer la gravité de ses blessures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ofelia Verdi
Charmed
Charmed
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 02/01/2015

MessageSujet: Re: Fuir! là-bas fuir! (libre)   Mer 7 Jan - 15:03

Ofelia était donc complètement plongée dans ses tristes et douloureux souvenirs lorsque Chiron arriva. Pour autant, elle n’exprimait pas véritablement ses émotions. De ce fait, si elle perçut peut-être vaguement son trot, elle n’y prêta pas véritablement attention.
Cependant, un instant plus tard, elle redevint attentive au monde qui l’entourait, dans la mesure de ses possibilités. Avait-elle entendu un léger bruit, perçut un mouvement, une vibration, l’enfant n’aurait trop su le dire. Toujours était-il qu’elle avait l’impression de ne plus être seule. Mais elle n’en était pas sûre, d’autant qu’elle ne savait pas où se tenait cette « présence », ni si elle était bien intentionnée ou non. Si Ofelia avait été plus confiante, elle aurait dit que oui. Elle n’avait pas été capturée et pouvait donc imaginer que ce n’était pas un Mangemort. Elle pouvait aussi fort bien se rendre compte qu’elle n’avait pas été attaquée. Si elle doutait que la « présence » soit effective, c’était une preuve de discrétion et ou de douceur de la part du dit être vivant. Par contre, elle ne pouvait ni voir ni s’apercevoir que Chiron s’efforçait d’apparaître le moins menaçant possible, d’éviter de l’effrayer plus qu’elle ne l’était déjà.
Mais, l’enfant avait déjà appris que les apparences pouvaient être trompeuses et restait donc sur ses gardes. Et si son impression était juste, si les apparences reflétaient la vérité, avait-elle affaire à une personne, à un animal inoffensif,… ? L’idée qu’un centaure pouvait être là ne lui avait pas même traversé l’esprit.

Ce fut à ce moment-là que son pouvoir d’éclipse se déclencha et l’enfant se retrouva perchée dans l’arbre, sur une branche basse, ce qui n’était pas une idée brillante vu son épuisement et son incapacité à en redescendre « normalement » sans y voir. C’était là un mouvement totalement incontrôlé. Ce changement d’endroit l’avait forcée à changer de position. Puis, elle disparut de sa branche pour réapparaître non loin de l’arbre. Sans doute n’était-elle véritablement pas rassurée perchée sans pouvoir y voir pour que son pouvoir se fut redéclenché, sans qu’elle eût cherché  - du moins pas consciemment – à changer de place.
Y avait-il quelqu’un ? Qui ? Où ?
Autant de questions qui trottaient dans la tête d’Ofelia. Ces pensées avaient une telle force que son pouvoir de télépathie se déclencha.

L’utilisation du pouvoir issu de son côté être de lumière à plusieurs reprises montrait à quel point la petite fille était encore déboussolée. Tout comme les questions qu’elle avait posées par télépathie, sans même se douter qu’elle avait établi le contact (et sans avoir cherché à le faire).
Quand elle leva enfin la tête, rendant ainsi ses yeux visibles. Son regard était non seulement aveugle, mais aussi éteint.
En dehors des égratignures dues à toutes les ronces qui avaient croisée sa route durant sa course effrénée à travers bois, - qui n’en étaient pas vraiment – les vraies blessures d’Ofelia, pour la plupart n’étaient guère visibles. Par contre, sa fatigue, elle, était quasiment palpable. Sans doute l’utilisation de ses pouvoirs n’arrangeait-elle rien en la matière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiron
Harry Potter
Harry Potter
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 15/02/2014

MessageSujet: Re: Fuir! là-bas fuir! (libre)   Lun 9 Mar - 17:06

Ce que Chiron avait désiré éviter se produisit néanmoins lorsque la jeune fille prit conscience de sa présence. Elle paniqua. En soi cela n'avait rien d'étonnant si, ainsi que sa course éperdue à travers les ronces le suggérait, elle était poursuive et craignait d'être rattrapée.
Le Centaure fut cependant frappé de stupeur quand la jeune fille disparut dans une pluie d'étincelles lumineuses pour reparaître sur une branche un peu plus haut. Deux secondes plus tard elle usait du même pouvoir pour redescendre. Une fugace pensée traversa l'esprit du quadrupède, comparant cette jeune fille à un adolescent sorcier de sa connaissance qui aimait lui aussi se réfugier dans les arbres par moment. Après une courte réflexion, Chiron identifia le pouvoir de la jeune fille comme celui d'éclipse. La petite devait avoir du sang d'être de lumière dans sa parenté.

Alors que l'état de panique de l'enfant s'intensifiait, le Centaure entendit une voix résonner directement dans sa tête, demandant qui se trouvait là et où il se trouvait. L'usage de télépathie par la fillette surprit encore Chiron qui ne s'attendait pas à ce qu'une petite de cet âge soit capable d'user de tels pouvoirs. Elle manquait clairement de contrôle cependant mais rien qu'un peu d'entraînement ne puisse corriger.

C'est alors que la jeune fille leva enfin les yeux. Cela permit à Chiron de se rendre compte que la petite était aveugle. Et vu l'absence de la moindre étincelle dans ses yeux, très fatiguée. Il fallait avant tout rassurer l'enfant, aussi le centaure ne bougea pas et prit sa voix la plus douce.

« Bonjour mon enfant. Je me nomme Chiron. Je ne te veux aucun mal, rassures-toi. J'ai vu les traces de ta fuite dans la forêt, et j'ai suivi ta piste jusqu'à ici afin de savoir ce qui se passait. Dis moi, qui es-tu? Que viens-tu faire ici dans cette forêt? Puis-je t'être d'un quelconque secours? »

Le Centaure se demandait comment une jeune enfant, aveugle de surcroît, avait pu se retrouver dans la Forêt des Absynthes. Inquiet de l'état paniqué de la petite, Chiron se montrait très attentif aux moindre son suspect, de crainte que la créature qui devait manifestement poursuivre la jeune fille ne vienne finir ce qu'elle avait commencé. Silencieusement, Chiron décrocha la lance de son dos, prêt à user de toutes ses ressources pour protéger la petite au besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ofelia Verdi
Charmed
Charmed
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 02/01/2015

MessageSujet: Re: Fuir! là-bas fuir! (libre)   Ven 13 Mar - 22:07

Si Chiron était surpris par ses pouvoirs – et Ofelia l’ignorait – il ne les avait cependant pas encore tous vus. Ces derniers étaient aussi ceux qu’elle maîtrisait le moins. Mais, vu son état de fatigue, c’était sans doute mieux si elle ne les avait pas utilisés.
Tout d’un coup, Ofelia entendit une voix. Elle tâtonna dans la direction dont elle provenait pour tomber sur le centaure. Mais, elle n’était pas pour autant en mesure de le « voir » pour s’en faire une image. C’est qu’elle n’osait pas le détailler à l’aide du toucher, sans doute de peur d’être impolie ou de s’attirer des ennuis. Avait-elle affaire à un moldu ou à un sorcier ? Ou Chiron n’appartenait-il à aucune de ces catégories ? D’après ce qu’elle savait pour l’heure de lui, l’enfant ne pouvait dire ce qu’il en était. Par contre, il avait répondu à ses autres questions avec plus ou moins de précision.

Dois-je en conclure que je suis « entrée dans son esprit » ?

Elle n’utilisait pas le terme de télépathie, ne l’ayant pas retenu. Encore une pensée qui se communiqua au centaure, la petite fille n’ayant pas coupé le contact télépathique – ce qu’elle ne savait de toute pas faire, tout comme elle avait du mal à y avoir recours comme elle le voulait et quand elle le voulait -.

Ofelia s’était aperçue que Chiron lui avait parlé d’une voix douce, semblait vouloir la mettre en confiance. L’enfant trouvait aussi qu’il se montrait bienveillant. Son intuition allait aussi dans ce sens. Mais, pouvait-elle s’y fier et à quel point ? Son expérience chez les moldus du royaume d’Aladin lui rendait difficile de l’accorder à qui que ce fût. Mais, elle ne prenait pas de si grand risque à décliner son identité, si ?

Je m’appelle Ofelia Verdi.

L’enfant se concentra sur cette pensée dans l’espoir que Chiron la capterait. Car prendre la parole… Elle était plongée dans le mutisme depuis trop longtemps pour en sortir aisément.
Ce qu’elle faisait dans cette forêt ? Comme il l’avait parfaitement compris, elle fuyait. Mais pouvait-elle vraiment lui en dire plus ? En même temps, de l’aide et de la protection seraient les bienvenues, la fillette ne pouvait le nier. Quant à pouvoir lui porter secours… S’il était aussi bienveillant, bien intentionné qu’il le paraissait, il pouvait lui apporter une aide précieuse. Mais, il y a avait peu de chances pour qu’elle osât l’exprimer d’elle-même. Et puis, elle avait besoin de tant de choses, qu’elle les formulât ou non telles quelles dans son esprit. Et si elle ne les identifiait pas toutes clairement, elle en avait pourtant au fond d’elle-même conscience, les percevait. Elle avait besoin de repos, déjà, visiblement, pour commencer. Mais aussi d’un foyer chaleureux avec quelqu’un pour la protéger, l’aider  se construire et se reconstruire, d’une nouvelle famille (aussi réduite fût-elle ou non), d’être instruite tant qu’à faire – détail qui n’avait été que trop délaissé durant les deux dernières années – ou en tous cas elle le souhaitait vivement, de (ré)apprendre à être indépendante malgré la cécité, de son violon – qui lui manquait -, de se voir enseigner à maîtriser ses pouvoirs, de pouvoir s’amuser et mener une vie plus proche de celle d’un enfant de son âge que cela n’avait été le cas depuis deux ans, de beaucoup de choses en somme.
Comme elle n’utilisait pas la télépathie comme elle le souhaitait, il était plus que probable qu’une partie de ce qu’elle avait pensé s’était transmis à Chiron. Sauf ce qui avait trait aux moldus ou aux Mangemorts, sujet si douloureux que la communication à ces propos lui était fort difficile. C’était comme si son esprit avait établi une barrière de protection à ce niveau-là.

Afin de répondre à la dernière question de son interlocuteur, et de bénéficier de l’éclairage qu’elle souhaitait obtenir sur la question, elle se concentra pour savoir où tous deux se trouvaient précisément dans la forêt, espérant une nouvelle fois parvenir à transmettre sa pensée.

Comme une partie d’elle-même estimait qu’elle pouvait se fier au centaure – ou peut-être le souhaitait-elle, tout simplement – elle tenta de lui faire comprendre par signes – n’appartenant pas au langage des signes, qu’elle ne connaissait pas – qu’il avait raison et qu’elle fuyait, était dans la forêt pour cela. Puis, elle se concentra sur la maison du village Mim dans laquelle elle avait été retenue prisonnière et sur les Mangemorts qu’elle avait vus. Elle voulait ainsi que Chiron comprît qui la poursuivait et comment sa fuite avait pu la mener dans la forêt. Elle n’aimait pas demander de l’aide ou reconnaître qu’elle avait des problèmes, mais là cela pouvait s’avérer vital et au fond d’elle, l’enfant le devinait. C’était sans doute là ce qui l’avait poussée à sortir de sa réserve naturelle.
Mais, ce souvenir était si dur pour la fillette que sa panique sembla s’accroître – si c’était encore possible – et Ofelia se mit à trembler rien qu’à repenser à cette maison et à ses geôliers. Elle se recroquevilla de nouveau complètement sur elle-même, dans la même position où Chiron l’avait trouvée, à ceci près que son visage resta visible. A ce moment-là son profond désespoir, ses non moins fortes détresse et souffrances issues de ce qu’elle traversé vinrent également côtoyer la terreur sur son visage. Mais, Ofelia ne pleurait pas. Sans doute était-elle encore choquée par tout ce qu’elle avait vécu pendant les deux dernières années. Sans compter qu’elle n’avait pas eu la moindre occasion – ni n’avait été en mesure de le faire – d’exprimer ses émotions quant à la tragique disparition de ses parents, son séjour au Royaume d’Aladin ou au village Mim. Toujours est-il qu’elle était dans un état au-delà des larmes.

Par ailleurs, elle puisait déjà depuis un moment dans des ressources qu’elle n’avait plus (ou ne pensait pas avoir) afin d’utiliser son pouvoir de télépathie. De sorte que sa fatigue se faisait de plus en plus ressentir et que son corps le lui signala à plusieurs reprises.

L’enfant, malgré son ouïe développée, n’avait pas entendu Chiron sortir sa lance. Avait-elle cependant perçu un mouvement d’air ? Avait-elle les nerfs trop à vif, trop à fleur de peau ? En tous cas, alors que le centaure venait de faire ce geste, Ofelia sursauta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiron
Harry Potter
Harry Potter
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 15/02/2014

MessageSujet: Re: Fuir! là-bas fuir! (libre)   Dim 22 Mar - 20:41

Sans trop de surprise connaissant sa condition, Chiron vit la jeune fille tâtonner doucement dans sa direction. Sans se lever, il il tendit une main vers celles de la petite afin d'établir le contact. La voix de la jeune fuyarde résonnant à nouveau dans son esprit fit prendre conscience au Centaure qu'elle n'avait pas coupé le contact télépathique qui s'était établit entre les deux. Chiron apprit ainsi que la petite aveugle se nommait Ophélia Verdi. Un joli nom pensa-t-il assez haut pour que sa pensée passe par le lien mental.

« Je suis enchanté de faire ta connaissance Ophélia. Comme je te l'ai dit, je suis le Centaure Chiron, à ton service. Et tu as en effet créé un lien entre nos deux esprits par lequel je perçoit certaines de tes pensées. »


Le centaure avait dit cette dernière phrase du même ton doux et amusé qu'il employait parfois avec Sullyvan lorsque, enfant, ce dernier lui faisait part de toutes ses découvertes.
Une série de pensées émanant d'Ophélia assaillit soudain l'esprit de Chiron. Devant l'afflux, le centaure eut au départ du mal à y mettre de l'ordre, mais il réussit à en extraire le sens. Par le lien, il ressentit la fatigue de la petite, ainsi que son besoin de protection, d'instruction et son besoin d'un environnement calme et stable pour se reconstruire d'un traumatisme de nature inconnue et apprendre à maîtriser ses pouvoirs.

Une question ressortit cependant au dessus du reste, celle de la localisation exacte où ils se trouvaient. A cette question là, Chiron pouvait aisément répondre, mais il se tut en voyant Ophélia s'agiter, tentant de lui communiquer par des signes la raison de sa fuite éperdue. Plusieurs images s'imposèrent à l'esprit du Centaure. Il y vit le village Mim, mais également des Mangemorts. Ces monstres s'en étaient visiblement prit à la petite, causant sa course dans la pire forêt de tout Storyearth. C'était un miracle que la jeune aveugle n'aie pas fait de mauvaise rencontre et soit arrivée en un seul morceau dans la Forêt des Carnutes.
Plongée dans ses mauvais souvenirs, la petite s'était remise à trembler comme une feuille, visiblement en proie à une nouvelle crise de panique. Ophélia sortit brusquement de sa crise et se tendit lorsque Chiron tira sa lance. Elle avait du percevoir le mouvement. Le Centaure voulut aussitôt rassurée sa protégée.

« Ne craint rien Ophélia. J'ai simplement sortit ma lance au cas où tes poursuivants se montreraient par ici. Nous nous trouvons actuellement à la frontière entre la Forêt des Absynthes, qui borde le Village Mim, et la Forêt des Carnutes. Ma demeure se trouve à environ deux heures de marche d'ici, au cœur d'un sanctuaire protégé dont le mal ne peut s'approcher. Si tu le veux bien je vais d'y emmener. Tu pourra t'y reposer et manger quelque chose. Ensuite tu pourra décider de ce que tu veux faire. Te sens-tu la Force de monter sur mon dos, ou préfères-tu que je te prennes dans mes bras? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ofelia Verdi
Charmed
Charmed
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 02/01/2015

MessageSujet: Re: Fuir! là-bas fuir! (libre)   Dim 29 Mar - 20:11

Ophélia entendit par télépathie que Chiron trouvait son nom joli. Le nom qu’elle devait à ses parents. Sur son visage se dessina alors un doux sourire, quoique fortement teinté de tristesse.
L’enfant fit un signe de tête pour dire qu’elle aussi était enchantée de faire sa connaissance. Car si elle n’avait guère eu d’instruction ou même de réelle éducation pendant les deux années passées, elle n’avait pas pour autant oublié les règles de politesses inculquées par ses parents.
De même que tout ce qui avait trait aux moldus ou aux Mangemorts – et qu’elle ne décidait pas de communiquer d’elle-même – ce qui concernait ses parents était zone réservée, enfermé derrière la muraille mentale qu’elle avait dressée. Cela faisait donc partie des pensées qui ne se transmettaient pas par télépathie, même si elle ne coupait pas le contact.
A la réplique de Chiron, l’enfant sut que non, elle n’avait pas rêvé et avait bien perçu un mouvement. Elle comprit ce qu’il avait fait. Et sut bientôt où elle se trouvait. La chance avait été avec elle puisque non seulement elle n’avait pas été attaquée, mais qu’elle avait également pris la bonne direction et était parvenue, malgré sa cécité, à s’éloigner du village Mim comme elle le souhaitait. Un endroit protégé du mal ? Elle devait reconnaître que si c’était vrai, c’était tentant… Et de toute façon, rester, là, seule, c’était s’exposer aux pires dangers. Epuisée et aveugle, elle se retrouverait bien trop facilement sans défense… Elle accepta donc d’un signe de tête.

Décider de ce qu’elle voudrait faire ? A propos de quoi ? Ce furent là les questions que l’enfant se posa lorsque Chiron lui annonça qu’il lui laisserait ce choix.

Elle préférait monter sur le dos, sans doute par fierté. Et puis, elle ne voulait pas constituer une gêne… Par contre, en avait-elle la force ? C’était bien moins sûr. C’est ce que devait démontrer la suite des événements. Elle se leva donc, mais immédiatement, ses jambes cédèrent sous son poids, se dérobant sous elle. Manifestement, elle n’avait pas même plus la force de se tenir debout…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiron
Harry Potter
Harry Potter
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 15/02/2014

MessageSujet: Re: Fuir! là-bas fuir! (libre)   Sam 25 Avr - 20:22

Chiron, vit le visage de la petite s'éclairer d'un timide sourire au compliment sur son prénom, preuve que le lien télépathique n'était pas tout à fait refermé. La seule réponse de la petite à sa présentation fut un petit salut de la tête. Manifestement, quoi que bien éduquée, la fillette ne pouvait ou ne voulait pas parler. Pas que Chiron le lui reproche si elle avait eu de mauvaises expériences. Les humains peuvent se montrer si cruels même envers leurs jeunes semblables. Le Centaure vit Ophélia se détendre légèrement au fil de ses explications. A la grande joie du sage, la petite accepta son offre de l'abriter au moins temporairement. Il n'aurait de toute manière jamais accepté de la laisser seule dans la forêt. Au pire il l'aurait accompagnée jusqu'à Poudlard ou au village Halliwel. Voyant Ophélia bouger pour se lever, Chiron resta patiemment immobile. Lorsque la fillette retomba lourdement, ses jambes refusant de la porter, le centaure prit une rapide décision.

« Ophélia, je vais me lever et me rapprocher de toi. Ensuite tu pourras monter sur mon dos. »

Joignant le geste à la parole; Chiron se la va, franchit les quelques pas qui le séparaient de l'enfant, puis se rallongea de nouveau pour se mettre à la hauteur de la fillette. Il tendit le bras à Ophélia.

« Tiens, prends mon bras, je vais t'aider à monter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ofelia Verdi
Charmed
Charmed
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 02/01/2015

MessageSujet: Re: Fuir! là-bas fuir! (libre)   Jeu 14 Mai - 17:47

Ne lisant pas dans ses pensées à cet instant-là, la petite fille ne s’était rendue compte ni du fait que le centaure avait commencé à comprendre la cause de son mutisme, ni de son soulagement quant à la réponse qu’elle lui avait apporté sur le fait de séjourner chez lui.
Ofelia était donc de nouveau par terre, lorsque Chiron lui annonça comment il comptait procéder. L’enfant se contenta de hocher la tête en signe d’assentiment. Preuve était faite – autant pour elle-même que pour le centaure – qu’elle ne pourrait de toute façon pas s’installer sur son dos sans son aide. Lorsqu’il lui proposa de prendre son bras, elle tâtonna donc dans la direction d’où provenait sa voix pour le trouver. Une fois que cela fut fait, elle y posa une main, puis chercha de l’autre, selon la même méthode, le dos du centaure.
Ayant pris le bras de Chiron et ayant pris ses repères, elle s’apprêta à monter, se relevant une nouvelle fois. Cette fois-ci, grâce à l’aide du centaure, elle parvint à ne pas retomber une nouvelle fois au sol.
Une fois installée, et probablement parce qu’elle se sentait un tant soit peu en sécurité, ses pensées recommencèrent à vagabonder et tout naturellement, se tournèrent de nouveau vers les deux dernières années de la vie de l’enfant. De sorte que tout au plus de la plupart de ces pensées, Chiron pouvait-il peut-être percevoir de la tristesse, et encore. Par contre, elle repensa à son violon, resté bien caché au village Halliwell… Cette fois, c’était très fort qu’elle y songeait. Assez pour pouvoir se transmettre par télépathie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fuir! là-bas fuir! (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fuir! là-bas fuir! (libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Combien de temps comptes-tu fuir de la sorte? [PV Goudwin]
» Lapin ? [Libre]
» Suite de : envie de fuir l'agitation (PV : Moka)
» L'alcool est notre pire ennemi, fuir serait lâche. [Zoey]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Storyearth, la Terre des Histoires :: L'univers des sorciers :: Forêt des Carnutes-
Sauter vers: